+33 (0)1 39 57 64 82

Extraits du Parcours : Je transforme l’entreprise avec le digital

Extraits du Parcours : Je transforme l’entreprise avec le digital
Quelques extraits en texte des formations en vidéo (nom de l’expert entre parenthèses).
La vidéo de présentation du parcours comprend les extraits en gras.

Révolution internet (Aymeric Bourdin)

La révolution internet vient, d’un côté, de la révolution du téléphone et, de l’autre côté, de la révolution de l’informatique. Ce sont ce qu’on appelle les nouvelles technologies de l’information d’un côté et de la communication de l’autre. Les TIC.

Economie collaborative (Hervé Cadenne)

L’économie collaborative est le regroupement de deux personnes mises en contact dans la réalisation d’un objectif commun.
L’économie collaborative a explosé avec Internet à cause des 5 raisons principales suivantes :
– la mise en relation directe facilitée,
– la notation des personnes ressources,
– le prix généralement plus bas que les services classiques,
– l’évolution de la notion d’usage
– et les coûts de construction des plateformes web qui sont relativement marginaux par rapport aux bénéfices dégagés.

Révolution numérique (Aymeric Bourdin)

La révolution dite numérique part des outils informatiques indéniablement. Elle est liée notamment à l’apparition d’Internet qui change la donne dans pratiquement tous les secteurs.
Mais la révolution numérique est loin de s’arrêter aux écrans. Elle implique derrière une véritable révolution industrielle. Les process de production sont modifiés, les habitudes des consommateurs, les rapports entre les gens, les façons de communiquer, les modes d’achat, etc.

Filières traditionnelles (Christian Semé)

La révolution numérique implique de véritables changements. Toutes les filières traditionnelles dominées par les entreprises historiques se voient impactées par l’arrivée des acteurs numériques qui viennent remettre en cause les positions dominantes. Pour survivre, les entreprises traditionnelles doivent traverser une phase de déni avant de s’adapter au nouveau monde.

Les barbares (Aymeric Bourdin)

Les barbares d’aujourd’hui sont des plateformes web venant défier et menacer des secteurs économiques établis : transport, hébergement, assurance, logement, hôtellerie, etc.

Le monde du numérique (Hervé Cadenne)

Pour convaincre un dirigeant réticent à la transformation numérique, il faut mettre en place une approche pragmatique. Les chantiers de transformation digitale doivent être circonscrits, précis, délimités avec des objectifs clairs qui permettent de valider en interne la bonne approche et le bon rythme à adapter. Cela se fait sans révolutionner l’entreprise mais tout simplement en emmenant l’entreprise dans le monde du numérique.

Transformation digitale (Pierre Bessemoulin)

Lorsqu’une entreprise se lance dans une transformation digitale, elle doit investir. Elle doit savoir précisément ses axes de travail et les projeter au regard de ce qu’elle souhaite faire. Ensuite, elle prépare son portefeuille d’investissement et réalise en étapes successives son projet de transformation digitale.

Projet digital (Louis-Alexandre Louvet)

Les spécificités d’un projet digital sont la transversalité et la vitesse.
Pour réussir son projet digital, l’engagement du patron est nécessaire. Ensuite, il convient de bien choisir le chef de projet et les objectifs à fixer.

Digital (Pierre Bessemoulin)

Le digital permet d’augmenter les parts de marché de l’entreprise et son chiffre d’affaires grâce à un élargissement du marché à travers les sites internet et les applications mobiles mises à disposition, le référencement auprès des moteurs de recherche. Cela est également dû à la fidélisation à la marque grâce aux réseaux sociaux. Enfin, le digital permet à l’entreprise de fluidifier l’expérience d’achat des consommateurs.

Le client (Christian Semé)

Quelle que soit la filière économique, le client tend à reprendre le pouvoir. On part d’une économie organisée pour pousser les produits standardisés à une économie organisée pour répondre à des besoins tirés par des demandes ultra-réactives des clients.

Cloud (Jean-Paul Eutrope)

Le cloud est une gigantesque plateforme qui héberge les applications informatiques et les données. Les entreprises peuvent capter les informations, ensuite les analyser et enfin les traiter.
Nous sommes face à un déluge d’informations, que l’on appelle big data, circulant sur internet. En 2 jours, nous fabriquons autant d’informations que ce que nous avions fabriqué depuis la naissance de la civilisation jusqu’à l’année 2003.

SAAS (Jérôme Bruyas)

Le cloud supporte différents types de services tels que le SAAS. C’est la mise à disposition de moyens techniques offrant une capacité de stockage, de traitement, de bande passante « illimitée ».
Le SAAS ou Software As A Service consiste en la fourniture des composantes du Cloud.

Signature électronique (Nathalie Schlang)

La signature électronique est un certificat électronique, une sorte de carte d’identité électronique permettant de signer un document et de s’authentifier sur des sites web.
La signature électronique est liée à un process cryptographique permettant de sceller le document, en cliquant, de telle sorte qu’aucun caractère du document n’est modifiable.
Aujourd’hui, il y a une loi qui permet de signer un document électroniquement et cela a le même pouvoir qu’un document signé manuscritement. La signature électronique est légale, beaucoup plus sécurisée qu’une signature manuscrite, et très pratique.

L’EDI ou Echange de Données Informatisées (Bertrand Dufour)

L’EDI ou Echange de Données Informatisées est un protocole sécurisé entre deux ordinateurs distants à travers internet pour permettre une communication donnée. C’est un des moyens de faire la dématérialisation.
Les deux outils de dématérialisation autorisés par l’administration fiscale sont l’EDI et la facturation électronique.
Aujourd’hui, l’EDI représente 85 % des échanges dématérialisés existant entre sociétés, la facture électronique occupant le reste.

Services de paiement (Philippe Coiffard)

La Commission Européenne a rédigé une directive des services de paiement qui couvrent l’ensemble des 32 pays pour partager les mêmes moyens de paiement : le virement, le prélèvement, la carte bancaire.

Appels d’offres de manière dématérialisée (Bernard Truffaut)

Pour répondre aux appels d’offres de manière dématérialisée, il faut avoir un certificat de signature électronique et une plateforme de dématérialisation.

E-procurement (Alain Alleaume)

Le e-procurement est une façon de faire du shopping en ligne, non pas sur des sites marchands avec des prix publics mais avec des catalogues négociés sur des conditions particulières de l’entreprise. Ces catalogues enregistrent des produits qualifiés. Cela permet à l’utilisateur de faire ses paniers d’achats qui seront validés en interne par un processus de Workflow.

Géolocalisation (Jean-Paul Eutrope)

La géolocalisation se répartit entre la sphère professionnelle et la sphère privée.
Concernant la sphère professionnelle, géolocaliser ses salariés est synonyme d’amélioration de la productivité, d’économie de carburant, de sécurité des employés et d’amélioration du service client.
Sur le côté privé, les utilisateurs faisant appel à la géolocalisation peuvent bénéficier de services de proximité, des mises en relation entre amis ou entre célibataires, de la sécurité.

Réseau social d’entreprise (Isabelle Vanwaelscappel)

Quand on parle de réseau social d’entreprise, on a le vocabulaire entreprise.
Derrière le mot entreprise, on entend tout type d’organisation, à partir du moment où les hommes sont ensemble pour travailler ensemble avec un objectif commun.
Derrière le mot réseau social, c’est : « je mets en relation les différents individus de cette organisation » et un réseau social d’entreprise est une plateforme web qui permet de travailler ce sujet.

Robotique (Bertrand Dufour)

Dans la production industrielle, la robotique est un des éléments qui revient le plus souvent en termes de digitalisation. Il y a également l’imprimante 3D, les objets connectés, la réalité augmentée.

Réalité augmentée (Grégory Maubon)

La réalité augmentée est un ensemble de technologies permettant d’afficher des informations virtuelles numériques dans un environnement réel.

La maintenance préventive (Hervé Cadenne)

La maintenance préventive accompagne le cycle de production. Elle permet à ce dernier de fonctionner de manière régulière et optimale. Elle inclut un certain nombre d’éléments qui permettent de limiter les cas d’occurrences de casses qui nécessiteraient de la maintenance curative.

Big data (Yves-Marie Lemaître)

Le big data est une tendance d’augmentation des données due à l’évolution de la technologie.
Le big data peut être défini par les 4V : Volume, Vélocité, Variété et Véracité.
Les premiers collecteurs de données sont les opérateurs Telecom et les opérateurs Internet.

Informations sur les clients (Serge Camguilhem)

La place du numérique dans l’entreprise est essentielle, voire stratégique. On doit être connecté de manière transversale. La communication et le besoin de mobilité des entreprises ne peuvent plus être dissociés.
L’enjeu du commerce est de capter le maximum d’informations sur les clients et leurs modes de consommation.

Marketing prédictif (Yves-Marie Lemaître)

Le marketing prédictif, c’est la collection de tout ce que vous avez fait, regardé, acheté, des informations que vous avez pu rentrer notamment des commentaires, ils sont très importants pour Amazon. Amazon agrège toutes ces informations.

L’ubérisation (Hervé Cadenne)

La transformation numérique d’une entreprise, c’est la ré-analyse de l’ensemble des fonctions au travers du prisme du numérique et du digital.
Le digital est le lieu du développement futur des entreprises.
L’ubérisation se caractérise par une rupture totale avec le modèle économique antérieur.